Honest Jon's

honest jons desktop H honest jons desktop H

Monter sur la scène

 

L’essor des disques vinyle a été une aubaine pour les disquaires traditionnels, dont beaucoup sont, de par leur nature même, des entreprises très indépendantes, animées par un engagement passionné pour leur cause. Honest Jon’s en est un parfait exemple. La marque est très appréciée (et très influente) sur la scène musicale de la capitale depuis ses débuts en 1974, quelques années seulement avant que la musique punk londonienne devienne très populaire.

 

Bien que la marque n’ait jamais été un fournisseur de musique punk en soi, elle a attiré beaucoup de ceux qui l’étaient. Elle a été lancée sur Portobello à l’ouest de Londres, où se trouvaient alors quelques grands noms du mouvement, comme Johnny Rotten, Malcolm McLaren, Elvis Costello, Joe Strummer et DJ Weasel, qui ont contribué à la rencontre entre le punk et le reggae.

 

Depuis lors, Honest Jon’s est devenu une référence pour les sous-cultures musicales de Londres, du rare groove au funk, en passant par la musique soul, le jazz et, après qu’un jeune James Lavelle ait commencé à travailler derrière le comptoir, à colporter une nouvelle forme de hip-hop influencée par le jazz qui a conduit à la création de son propre label de trip-hop, Mo Wax.

 

Un autre artiste local bien connu, Damon Albarn (Blur, Gorillaz, etc.) fait partie du partenariat créatif qui se cache derrière le label éponyme de la marque avec les propriétaires Mark Ainley et Alan Scholefield (qui ont succédé à l’un des premiers propriétaires, « Honest » Jon Clare) en 2002. Dire que la marque a le don d’être en avance sur son temps est un euphémisme.

honest jons coal drops yard
honest jons coal drops yard
honest jons coal drops yard

La décision d’Honest Jon’s d’ouvrir un deuxième magasin à Coal Drops Yard est donc apparue comme une évidence, notamment parce que l’esprit indépendant de la marque s’inscrit parfaitement dans l’approche merveilleusement éclectique de Coal Drops. Mais aussi parce que le quartier lui-même est un lieu où des personnes et des passions de tous les styles se rencontrent : des étudiants en art aux mastodontes de la technologie. « C’est, comme l’a noté Scholefield, un contre-courant assez fertile ».

 

Et son emplacement ne lui apporte pas que ça. « Le jour du Record Store Day, des gars des Pays-Bas attendaient dehors », raconte Andreas, membre de l’équipe d’Honest Jon’s et musicien, « et il y avait des gens qui venaient de Bruxelles. Il est vrai qu’être situé près de l’Eurostar, ça nous aide aussi. »

 

Une partie importante du magasin à Coal Drops Yard est consacrée aux vinyles d’occasion, mais vous y trouverez également des disques, des livres et des magazines spécialisés très rares. Ironiquement, ce qui explique en grande partie la recrudescence et la popularité des magasins de disques physiques, c’est l’augmentation considérable des achats et des ventes en ligne.

 

« Les commandes en ligne représentent aujourd’hui une part très importante de notre chiffre d’affaires », confirme Andreas. Et si le magasin physique est peut-être fermé pour l’instant, Honest Jon’s poursuit son activité.

 

Découvrez les collections sur honestjons.com

 

Ceci est une version éditée d’un article paru pour la première fois dans l’édition automne 2019 du magazine King’s Cross Quarterly. Article rédigé par Ben Osbourne.

 

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités et les prochains événements

We’ll hold your above info until you say otherwise by unsubscribing from Coal Drops Yard mailers and we will review with you annually.
By clicking the "sign up" button, you agree to our Terms of Use and Privacy Policy