Blackhorse Lane Ateliers

Blackhorse lane desktop H blackhorse lane mobile H

Une Longueur d’avance

 

Pour un produit aussi culte, le denim est résolument geek : tout, du niveau de décoloration à la rigidité de la trame, est scruté à la loupe par ses nombreux adeptes.

 

Sans surprise, la fabrication de jeans n’échappe pas à la tendance de « l’artisanat » qui a conquis le monde ces dernières années : de la production de bière et de gin à la fabrication de lunettes sur mesure. Mais ce qui est peut-être plus surprenant, c’est que Blackhorse Lane Ateliers est la seule entreprise à Londres à confectionner ses jeans de manière artisanale.

 

Née dans la tête du fondateur Han Ates, originaire d’Istanbul et basé à Londres, la marque Blackhorse Lane Ateliers (BLA) a été créée en 2015 et est devenue depuis lors l’une des principales références en matière de denim éthique. BLA s’approvisionne en selvedge et en denim fabriqué à partir de coton brut biologique au Japon, en Italie et en Turquie. Ces matières sont coupées à la main dans l’atelier Walthamstow de la marque et transformées en jeans qui sont fabriqués dans l’optique d’une utilisation à vie (chaque paire vendue est accompagnée d’une garantie de réparation gratuite à vie). Dire que l’éthique professionnelle est importante pour Ates est un euphémisme.

 

Spécialiste de la confection et du textile, Ates a passé la majeure partie des dix dernières années à gérer la production de vêtements sur mesure pour diverses marques, de la marque intermédiaire aux grandes enseignes. Au cours de cette période, la production s’est peu à peu éloignée de Londres. Elle s’est d’abord installée en Turquie, puis en Asie et enfin en Chine. Ates passait donc de plus en plus de temps loin de chez lui.

blackhorse lane coal drops yard
blackhorse lane coal drops yard
blackhorse lane coal drops yard

Et comme il fallait toujours produire plus, plus vite et à des coûts toujours plus bas, Ates a connu ce que l’on pourrait appeler une crise de conscience éthique. « Lorsque vous vous éloignez de vos valeurs fondamentales, vous créez effectivement une rupture dans votre esprit, ce qui constitue un processus très douloureux », déclare-t-il. « J’avais l’impression de perdre ma connexion avec Londres, la ville que j’appelais chez moi. Mais l’absence de vie privée en général était un problème. »

 

En 2008 et après avoir vendu ses parts dans l’entreprise, Ates a pris une année sabbatique pour voyager avec sa famille en Europe. À son retour à Londres, il a complètement changé d’orientation, d’abord en étudiant la psychothérapie humaniste et après avoir fondé le restaurant Homa, à Stoke Newington qui a été très bien accueilli (et qui a malheureusement fermé ses portes). « L’appréciation évidente de la production de haute qualité en petites quantités », dont il a été le témoin direct à Homa, grâce à l’intérêt croissant pour les bières artisanales entre entres, l’a beaucoup séduit, car cette approche s’inscrit parfaitement dans sa propre interrogation permanente sur « la manière dont vous pouvez vous connecter à votre créativité ». Il n’a pas fallu longtemps pour que BLA voie le jour.

 

Bien qu’Ates pratique maintenant ce qu’il prêche, son engagement éthique est perçu comme une passion plutôt qu’un dogme et c’est ce qui fait en partie la beauté de la marque. (« Nous ne sommes pas des prêcheurs », déclare Stephanie Steele, associée à BLA. « Nous nous sommes toujours fiés à notre sens de la curiosité »). Pas étonnant que la marque ait connu un tel succès avec les denim-heads.

 

La boutique de BLA à Coal Drops Yard est son premier espace de vente physique et, bien qu’elle soit actuellement fermée, Ates note avec plaisir qu’elle attire sa part de « passionnés qui viennent pour nous tester. Ils savent tout, des détails et des ajustements jusqu’aux éléments inhabituels, comme les boutons de bretelles », ajoute-t-il.

 

La boutique organise également des ateliers très appréciés (actuellement fermés, mais pour vous tenir informé sur leurs activités, cliquez ici), qui invitent les amateurs passionnés à développer leurs compétences en couture. Les ateliers sont pour tous les niveaux, de la fabrication de sacs ou de tabliers en denim pour débutants à la fabrication de jeans à cinq poches avec une machine à coudre industrielle pour les plus avancés.

 

L’engagement permanent de la marque en faveur du développement durable se reflète dans ses autres offres, depuis le service de réparation gratuite à vie (proposé par d’autres marques à un coût modeste) jusqu’à la vente de tissus en denim et d’articles de mercerie connexes, tels que des ciseaux, et même des patrons et des livres (tous disponibles en ligne). Sur la page  Instagram de la marque, vous trouverez régulièrement des nouvelles sur les initiatives artisanales et des suggestions pour commencer seul, entre autres, pendant le confinement. Quel monde merveilleux, en effet.

 

Pour en savoir plus, rendez-vous sur blackhorselane.com

 

Ceci est une version éditée d’un article paru pour la première fois dans l’édition automne 2020 du magazine King’s Cross Quarterly. Article rédigé par Katie Baron.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités et les prochains événements

We’ll hold your above info until you say otherwise by unsubscribing from Coal Drops Yard mailers and we will review with you annually.
By clicking the "sign up" button, you agree to our Terms of Use and Privacy Policy